L’univers d’Andoryss

407737_201910693276755_826966041_n.jpg

 Howdy Howdy ! Bien le bonjour mes canaris des îles, aujourd’hui je vous présente l’univers bien particulier d’une auteur que j’adore, Andoryss. En plus d’être une scénariste de talent et une romancière non moins passionnante, elle possède l’étonnante capacité de jongler entre l’imaginaire et le policier, le suspens et le poétique, pour nous laisser avides d’en découvrir plus. Dans ce monde assez graphique, qui reste au départ né d’un travail d’écriture assidu et d’un amour pour la littérature, Andoryss est l’auteur de plusieurs séries que j’évoquerais les unes en parallèle des autres. Nous trouvons donc dans sa bibliographie Le Soufflevent, une bande-dessinée en collaboration avec Xavier Colette ; Les Enfants d’Evernight, une trilogie de romans pour la jeunesse aussi adaptée en BD ; le Cercle, un comics haletant à la patte fantastique ; Sept naufragés, un one-shot à l’ambiance mystérieuse qui évoque l’enfance ; et enfin L’Architective, une nouveauté à venir attendue avec impatience par ses lecteurs.

Qu’est-ce que je peux vous dire sur Andoryss Mel ? Il me paraît essentiel de commencer par souligner sa capacité à s’adapter à différents supports. Elle peut faire vivre ses personnages aussi bien via les mots qu’à travers le scénario d’une bande-dessinée, et ces adaptations ne perdent rien de leur saveur. Dans un univers à la fois rêveur et piquant, aux figures féminines fortes et  bien représentées – ses héroïnes ne se laissent pas faire, pour notre plus grand plaisir – Andoryss est une auteur en devenir, qui évolue sur un chemin professionnel sans nul doute poussé par une passion intense. Au-delà de son autre métier de professeur, elle a toujours cherché à transmettre ce goût de l’écriture et des mondes imaginaires : chez Greg & Rose, nous avons eu la chance d’être ses anciens élèves et j’ai pu participer à certains ateliers d’écriture qu’elle dirigeait alors.

Son oeuvre permet aussi de découvrir d’étonnants croisement d’univers et de genres, souvent teintés d’une base de fantasy, comme dans la bande-dessinée du Soufflevent : nous sommes traînés parmi des couleurs, des paysages époustouflants, mais également dans une histoire singulière, faite de chat ailé, de bateaux pirates, de maîtrise du vent et de dialogues savoureux. Le steampunk s’y mélange à un souffle d’épique et de roman d’aventure, le tout dans une ambiance de merveilleux à la Jules Verne, avec des cités immenses et des machines captivantes. On appréciera les détails des décors et la manière unique de Xavier Collette de faire vivre une rue passante ou encore de faire parler l’expression ironique sur le museau d’un chat. Tous deux tiennent ensemble un tumblr aux images riches et foisonnantes, des simples storyboard à la description plus détaillée de chaque personnage. Pour le visiter, je vous invite à cliquer par ici : Le Soufflevent.

Proche de ses lecteurs, Andoryss a répondu plusieurs fois aux questions des internautes et elle tient, en plus d’une page facebook assez active, un blog sympathique et très complet où vous pourrez trouver – plus ou moins régulièrement ! – des nouvelles de ses projets et de ses publications. Les mondes d’Andoryss est également une belle source de conseils d’écriture, et ce morceau de terre peut même vous aider à améliorer votre organisation, avec l’exemple des fameuses « To-Do list » de l’auteur. N’hésitez pas à y faire un tour pour lire quelques témoignages de sa vie d’écrivain, ou encore pour vous inspirer. Sa rencontre avec Robin Hobb a représenté un moment essentiel qu’il est agréable de découvrir à travers ses mots. L’expérience qu’elle a vécu n’est pas universelle, mais elle est très réconfortante – et qui n’aimerait pas entendre encore une fois la différence entre les jardiniers et les architectes ?

Du côté des Enfants d’Evernight, nous assistons à un parfait exemple de la capacité crossmédia de l’auteur : tout d’abord pensé en tant que romans, la série s’est vue portée au public sur le support bande-dessinée chez Delcourt avant d’être à nouveau publiée sous sa forme initiale par les éditions Castelmore, une filiale pour adolescents de Bragelonne. Nous découvrons ici un monde à la fois poétique et cauchemardesque, composé d’enfants tombés de l’autre côté de la nuit, d’animaux qui parlent et de figures de conte tel que le Marchand de sable, le tout sans oublier une touche de steampunk dans les grandes structures que visite l’héroïne ou encore dans les véhicules comme la planche à lévitation (un overboard qui fonctionne à l’énergie des rêves). Comme si l’adaptation en BD ne suffisait pas à nous émerveiller par ses couleurs et son foisonnement de décors, Andoryss nous laisse goûter un peu plus de son univers dans les romans, où la psychologie des personnages est nettement mieux exprimée et reprends sa place légitime.

Les deux formats s’équilibrent donc, et l’on ne perd rien à plonger dans l’un pour ensuite aller jeter un œil à l’autre. La bande-dessinée nous laisse contempler dans son ensemble ce monde aux détails pétillants, tandis que les romans l’ancrent dans notre imaginaire avec des descriptions bien choisies et des interactions plus fouillées entre les héros. Le roman prend son temps, la BD élargit notre vision, et on regrettera simplement que le cadre « jeunesse » ne soit pas dépassé à cause de la couverture du roman qui serait trop enfantine selon certains médias, alors que le texte aurait capacité à atteindre aussi les plus âgés. Rappelons que le troisième tome de la série vient de passer des mains de l’auteur à celles de l’éditeur et que nous attendons sa sortie avec impatience.

Vient ensuite un autre genre dont Andoryss a fait l’expérience, les comics, à travers Le Cercle : un thriller fantastique mettant en relief des personnages aux pouvoirs psy et une enquête haletante dans un décor plutôt urbain. Cette atmosphère particulière de la trilogie, aux dessins sombres et à l’ambiance polar, nous offre une palette de personnages au mental bien trempé et à la psychologie riche. Chaque opus se déroule en courts chapitres, avec une mise en scène nerveuse parfaite pour le suspens, qui nous laisse entrevoir l’humanité des protagonistes et de l’histoire. Ce comics « made in France », entre  la mélancolie et une certaine forme de violence, provoque une réelle empathie physique pour les héros. Nous sommes plongés dans cet univers fantastique pourtant si proche du nôtre, avec des humains aux pouvoirs pas si géniaux que ça, parce que lourds à porter.

Citons également son oeuvre Sept naufragés, un one-shot inscrit dans une série de onze tomes, tous écrits par des auteurs différents. Le seul point commun à ces ouvrages est le nombre de personnages : sept. Dans cet opus, le dessin amène un style particulier, proche du type manga, et il faut aimer. Mais le scénario est surprenant, l’ambiance mystérieuse mélange l’obscur et la candeur, et nous plonge dans une effluve de fantastique et une fin douce-amère. Le style reste très « Andoryssien », et on reconnaît bien la patte de la scénariste, que les dessins, une fois qu’on s’y habitue, viennent très bien servir. Ajoutons que les personnages sont, comme toujours, très humains et que le thème de l’oubli est vraiment intéressant.

13133373_987711678011034_2293756075608954384_n.jpg

Parlons enfin de la nouveauté à sortir, l’Architective, qui part sur un concept absolument génial : le pouvoir d’explorer le passé des monuments et maisons. Un jeune lycéen serait en effet capable d’entrer dans la mémoire des bâtiments et d’en tirer de fascinantes histoires. Nous n’en savons pas plus pour le moment, étant donné que nous n’avons accès qu’au synopsis. Ce roman fantastique jeunesse nous promet en effet dans son résumé qu’Armand, en tant qu’architective, pourra accéder à l’âme des édifices et percer leurs plus profonds secrets. Évidemment, une telle profession (ou est-ce un titre ? un ordre ? un hobby ?) n’est pas sans danger, et il se trouvera traqué par des individus n’appréciant pas spécialement qu’on fouille dans leurs briques. On peut dire que c’est alléchant, et la couverture est magnifique. Je ne vous cache pas que j’ai hâte de le retrouver entre mes mains et de pouvoir le dévorer.

Voilà, c’est ici que je termine cet article sur les mondes d’Andoryss. J’espère que ce tour d’horizon de ses œuvres vous aura donné la curiosité d’aller vous abreuver à l’une d’entre elles, parce que moi, je vais continuer à m’en nourrir encore longtemps. Sans oublier que l’auteur est, humainement, une personne géniale qui répondra à vos questions et à vos doutes si vous en avez – moyennant, ne l’oublions pas, son planning ultra chargé, qu’elle nous livre avec une obstination fiévreuse sur son blog quand elle le peut. N’hésitez pas à lui laisser vos impressions ici ou sur les réseaux quand vous aurez terminé l’un de ses bébés. Elle ne mord pas, promis. Bonne lecture, les enfants !

Rose Pamiel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

EDIT :

Wouh ! Cet article est déjà si vieux, qu’avant même d’être publié, Andoryss nous a pondu quelques merveilleuses nouveautés à aller découvrir au plus vite. Mes nénuphars blancs de l’Himalaya, voici ces fameuses sorties ultra récentes de cette auteur :

  • L’Architective : 15 juin 2016. Récit très intéressant de sa conception (et développement sur la venue de l’inspiration) par ici !
  • Les Enfants d’Evernight 3 – La promesse de Camille. Sorti le 17 août !
  • Le Soufflevent 3 – Alexandrie, Dent de Parnasse. Sorti le 8 juin !
Publicités

Envie d'en parler ? C'est par ici les enfants !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s